Auteur Sujet: [Vampires] Factoïdes des Damnés de Paris  (Lu 910 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Benoist

  • Cthulhu Fthagn! Ph'nglui mglw'nfah Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn!
  • Global Moderator
  • Survivant
  • *****
  • Messages: 4923
  • I won D&D, and it was ADVANCED!
    • Benoist P. sur Facebook
[Vampires] Factoïdes des Damnés de Paris
« le: 12 mars 2007, 17:54:30 »
Au fur et à mesure que le nouveau venu visite le Paris Alchymique et commence à rencontrer de plus en plus de résidents, certaines tendances apparaissent rapidement. Non pas que ces tendances soient des "règles" chez les Vampires de Paris, elles ne le sont pas du tout puisque pour chaque tendance on pourra certainement trouver un certain nombre d'exceptions qui les contredisent, mais il existe bel et bien certain traits qui se retrouvent chez les vampires de Paris et contredisent la réputation que la Cité des Lumières pourrait avoir.

1. Les Vampires Anglophones

Il devient rapidement évident pour les nouveaux visiteurs du Paris Alchymique que beaucoup de Damnés qui y résident sont d'origine anglophone. Particulièrement Anglaise.

Celà s'explique du fait que les vampires soient immortels d'une part, et que pas mal de vampires Parisiens soient âgés de plus d'un siècle mais pas nécessairement beaucoup plus, en général, d'autre part. Si beaucoup de vampires de Paris sont d'origine Française, pas mal de ses Ancillae (vampires pas terriblement anciens mais tout de même vampires depuis un certain temps) sont arrivés à Paris durant la période de la Restauration en milieu de 19e siècle. Par conséquent, nombre de Vampires Parisiens qui s'étaient exilés en Angleterre pendant les événements de la Révolution Française sont revenus de Londres et autres villes d'Angleterre avec des Rejetons et Associés qui eux, étaient Anglais. Ils prirent donc résidence à Paris quand les troubles révolutionnaires se calmèrent.

Il existe aussi la résurgence du Chapitre Démétérien de l'Ordo Dracul a Paris pour expliquer cette tendance. En effet, le Chapitre Démétérien basé à Londres est en train de recréer son Chapitre de Paris. La plupart de ses membres sont donc des transfuges de l'Ordre de Londres à Paris, d'où pas mal de vampires anglophones parmi les Dragons Parisiens.

Conclusions ? Si un vampire à un nom anglophone, il ou elle pourrait être soit jeune, soit pas trop ancien. Bien sûr, encore une fois, les exceptions existent. Nous parlons de tendances ici.
« Modifié: 15 décembre 2011, 01:46:08 par Benoist »

Hors ligne Benoist

  • Cthulhu Fthagn! Ph'nglui mglw'nfah Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn!
  • Global Moderator
  • Survivant
  • *****
  • Messages: 4923
  • I won D&D, and it was ADVANCED!
    • Benoist P. sur Facebook
L'usage de la Particule
« Réponse #1 le: 12 mars 2007, 20:09:19 »
2. L'Usage de la Particule chez les Vampires Parisiens

Un nombre non négligeable de vampires Parisiens ont des noms à particule : Cantin de Marigny, Laurent des Monges, Elaine de Calinot ne sont que des exemples.

Il existe trois types de vampires à Particule : ceux qui ont obtenu un titre de noblesse de leur vivant, ceux qui l'ont obtenu lors de leur Requiem et ceux qui se la sont donné avant ou après leur mort.

Les premiers, qui ont obtenu leur Particule de leur vivant, sont nécessairement au moins des Ancillae : ils ont vécu au moins au temps du Second Empire, le plus souvent au temps de la Restauration ou avant la Révolution. Ce ne sont donc pas des vampires à négliger, ne serait-ce que vis à vis de leur expérience potentielle et de leur connaissance de Paris.

Les seconds, qui ont obtenu leur Particule après leur mort, ont été remarqué soit de l'Invictus, soit du Prince de Paris avant sa disparition en 1968. Ils ont accompli quelque chose d'important aux yeux des institutions Parisiennes, et peuvent par conséquent avoir de l'influence ou posséder une certaine expérience de Paris également.

Les troisièmes, ceux qui se sont donné la Particule, seront pour la plupart des Harpies, c'est à dire des vampires qui se donnent de l'importance et essaie d'en jeter pour l'influence que celà leur donne sur la société vampirique de Paris. Certains cachent leur jeu, bien entendu, mais la plupart se donneront la particule simplement parce qu'il n'ont pas de meilleur outil pour se faire remarquer sous la main. 
« Modifié: 12 mars 2007, 20:20:17 par Benoist »

Hors ligne Benoist

  • Cthulhu Fthagn! Ph'nglui mglw'nfah Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn!
  • Global Moderator
  • Survivant
  • *****
  • Messages: 4923
  • I won D&D, and it was ADVANCED!
    • Benoist P. sur Facebook
Taille des Vampires Parisiens
« Réponse #2 le: 12 mars 2007, 20:23:55 »
3. La Taille des Vampires Parisiens

La psychologie humaine veut que souvent, nous prêtions plus d'attention à ceux qui sont plus grand. Quelque chose d'inconscient intervient et, même si ce n'est qu'une tendance, c'est une tendance reconnue : plus quelqu'un est grand, plus on le trouve imposant.

C'est pratiquement l'inverse pour les Vampires. Plus un vampire est petit, plus il est potentiellement vieux. Encore une fois, nous parlons simplement de tendances, mais c'est un fait historique que la taille des êtres humains a eu tendance à progresser vers le haut durant ces derniers siècles au moins : nos aïeux étaient généralement plus petits que nous. Donc pour un Vampire, la taille peut être un vague indice de l'âge du Damné concerné.
« Modifié: 26 septembre 2007, 22:23:17 par Benoist »